J'entends mal, que faire ? (4/4)

6- les autres professionnels concernés

Au premier rang, il s'agit de mon médecin du travail.
Les attributions de ce dernier , définies par le décret 2004-760 du 28 juillet 2004, ont été redéfinies par la loi 2011-867 du 20 juillet 2011.

Son rôle est de veiller à la santé des travailleurs en s'attachant à dépister au cours des visites médicales une altération due au travail ou qui rendrait difficile le maintien dans le poste. Il doit d'ailleurs connaître les différents postes de travail et les conditions d'hygiène et de sécurité qui s'y rapportent. Il doit veiller à la prévention des risques liés au travail. A ce titre, il contrôle le bruit au travail et transmet à mon employeur et aux représentants des employés les résultats et les mesures éventuelles à mettre en œuvre pour s'en protéger. Il veille à la bonne application des mesures obligatoires le cas échéant.
- Si je travaille en milieu bruyant, et si mon ouïe me semble se détériorer, je n'attends pas la visite pour qu'il m'examine et me dépiste. Je vais le voir tout de suite.

Lire la suite : J'entends mal, que faire ? (4/4)

J'entends mal, que faire ? (3/4)

3 – l'appareillage : la rencontre avec l'audioprothésiste

Qu'est-ce qu'un audioprothésiste ?

C'est un professionnel de santé, spécialiste de la correction auditive, titulaire d'un diplôme d'Etat, fixé par le décret 2001-620 du 10 juillet 2001, décret qui, en annexe, définit ainsi la profession :
« En regard de la loi, l'audioprothésiste choisit, adapte, délivre, effectue le contrôle immédiat et permanent de la prothèse auditive et assure l'éducation prothétique du déficient auditif appareillé … Professionnel de santé, l'audioprothésiste travaille au sein d'une équipe pluridisciplinaire, dialogue avec les médecins, les pédagogues, les éducateurs, les parents, l'adulte et l'enfant déficients auditifs. »
Il est donc habilité à réaliser des audiométries tonales et/ou vocales, avec et sans prothèses. Il doit renseigner sur les prothèses auditive et doit effectuer les réglages et certaines réparations.

L'audioprothésiste peut aussi conseiller sur l'intérêt d'équiper unlogement pour plus de confort auditif et plus d'autonomie. L'audioprothésiste présentera les différentes solutions existantes, tout en précisant qu'elles sont en vente libre mais n'ouvrent droit à aucun remboursement par l'Assurance maladie. Mais tout patient relevant de la MDPH peut présenter une demande d'aide dans le cadre de la PCH (Prestation de compensation du handicap).

Il ne pourra vendre une prothèse que si le patient présente une prescription médicale délivrée par un ORL, un généraliste ou un pédiatre, ainsi qu'un audiogramme réalisé par un médecin. Il pourra le réaliser à nouveau pour contrôler le gain engendré par la prothèse qu'il proposera. Il est possible de rencontrer plusieurs audioprothésistes pour obtenir des devis sans engagement ainsi que des conseils sur l'appareil le mieux adapté.

Lire la suite : J'entends mal, que faire ? (3/4)

J'entends mal, que faire ? (2/4)

Par le Docteur Mireille Tardy, ORL-Phoniatre et membre du bureau de la JNA

 

2 – le diagnostic : il m' oriente pour cela vers un ORL (médecin spécialisé en Oto-Rhino-Laryngologie)

 L'examen ORL et l'examen audiométrique.

Le médecin ORL, après m'avoir à nouveau interrogé sur mes symptômes, va procéder à un examen ORL complet.

Ensuite, il procèdera à un examen audiométrique qui comporte lui-même plusieurs examens :

- Tout d'abord un audiogramme tonal : il me fait entrer dans une cabine insonorisée et il place un casque sur mes oreilles ; il me demande de lui manifester dès que j'entends le bruit (calibré en fréquence et en intensité) qu'il m'envoie dans une oreille puis dans l'autre à partir d'un appareil appelé audiomètre. Il reporte mes réponses sur un diagramme et obtient ainsi la courbe de mes seuils auditifs pour chacune de mes 2 oreilles, courbe située par rapport à la courbe des seuils normaux ; ceci me permet de visualiser mes seuils et donc mon déficit.

- Parfois, il procède aussi à un audiogramme vocal, me demandant de répéter des mots qu'il prononce généralement hors de ma vue, (sinon il apprécie l'aide que m'apporte la lecture labiale), et il note sur un graphique le pourcentage de mots que j'ai reconnu selon l'intensité à laquelle il me les prononçait. Il en déduit le pourcentage d'intelligibilité, et la présence ou l'absence de distorsions dans la reconnaissance des mots.

- Il peut aussi procéder à un examen impédance-métrique (examen du fonctionnement de la chaîne tympano-ossiculaire) qui comprend lorsqu'il est complet un tympanogramme et la recherche du (ou des) seuil(s) du réflexe stapédien. Souvent, ces examens nécessitent d'être réalisés en 2 temps et il me faudra revenir.

Lire la suite : J'entends mal, que faire ? (2/4)

J'entends mal, que faire ? (1/4)

Par le docteur Mireille Tardy, ORL-Phoniatre et membre du bureau de la JNA

Le parcours de soins coordonnés a été institué par la loi de réforme de l'Assurance maladie du 13 août 2004. Les bénéficiaires d'une couverture maladie sont invités, à partir de 16 ans, dans le cadre d'un parcours de soins coordonnés, à choisir un médecin traitant. Il sera consulté préférentiellement, notamment avant toute consultation d'un autre professionnel vers lesquels il orientera le patient en cas de besoin. Le respect de ce dispositif conditionne la prise en charge normale des dépenses de santé par la Sécurité sociale. En cas de non respect de ce parcours, le montant des remboursements est diminué.

Le patient choisit son médecin traitant, généraliste ou spécialiste. Plus de 99 % des patients ont déclaré un médecin généraliste. Il a un rôle central dans le suivi médical du patient. Il n'est pas seulement celui qui soigne, il est également celui qui coordonne les soins et s'assure du suivi médical optimal.

En pratique que dois-je faire ?

Le parcours de soins coordonnés théorique du patient atteint de surdité comporte plusieurs étapes (dépistage, diagnostic, réhabilitation, accompagnement), qu'il convient de respecter et de déclencher à la suite immédiate l'une de l'autre, sans perte de temps.

Lire la suite : J'entends mal, que faire ? (1/4)

Nos partenaires

  • Acuitis
  • Ampifon
  • Audika
  • Audition Conseil
  • Audition Sante
  • Audition Mutualiste
  • Starkey
  • Entendre




  • Optical Center
  • Oticon
  • Starkey
  • Bouchons d'amour