Les professionnels et la prise en charge

Des informations fiables et pratiques sur l'audition et les problèmes auditifs

3 – l'appareillage : la rencontre avec l'audioprothésiste

Qu'est-ce qu'un audioprothésiste ?

yyyy

C'est un professionnel de santé, spécialiste de la correction auditive, titulaire d'un diplôme d'Etat, fixé par le décret 2001-620 du 10 juillet 2001, décret qui, en annexe, définit ainsi la profession :
« En regard de la loi, l'audioprothésiste choisit, adapte, délivre, effectue le contrôle immédiat et permanent de la prothèse auditive et assure l'éducation prothétique du déficient auditif appareillé … Professionnel de santé, l'audioprothésiste travaille au sein d'une équipe pluridisciplinaire, dialogue avec les médecins, les pédagogues, les éducateurs, les parents, l'adulte et l'enfant déficients auditifs. »  
Il est donc habilité à réaliser des audiométries tonales et/ou vocales, avec et sans prothèses. Il doit renseigner sur les prothèses auditive et doit effectuer les réglages et certaines réparations.

L'audioprothésiste peut aussi conseiller sur l'intérêt d'équiper unlogement pour plus de confort auditif et plus d'autonomie. L'audioprothésiste présentera les différentes solutions existantes, tout en précisant qu'elles sont en vente libre mais n'ouvrent droit à aucun remboursement par l'Assurance maladie. Mais tout patient relevant de la MDPH peut présenter une demande d'aide dans le cadre de la PCH (Prestation de compensation du handicap).

Il ne pourra vendre une prothèse que si le patient présente une prescription médicale délivrée par un ORL, un généraliste ou un pédiatre, ainsi qu'un audiogramme réalisé par un médecin. Il pourra le réaliser à nouveau pour contrôler le gain engendré par la prothèse qu'il proposera. Il est possible de rencontrer plusieurs audioprothésistes pour obtenir des devis sans engagement ainsi que des conseils sur l'appareil le mieux adapté.

Comment se passe l'appareillage ?

Plusieurs visites seront nécessaires avant un appareillage satisfaisant :

 

yyyyyyy

- Lors du premier rendez-vous l'audioprothésiste prendra en compte les habitudes de son patient, son environnement d'écoute... Il contrôlera l'audiogramme pour s'assurer du futur gain prothétique. Il examinera le conduit auditif (si problème autre qu'un bouchon, il me renvoie vers mon médecin). Si ce n'est pas déjà fait, il présentera ses diverses prothèses, leurs avantages et leurs inconvénients, informera des prix et des possibilités de financement, et proposera un devis.
- Lors de la deuxième visite, le choix est fait. Il lance alors la procédure d'appareillage. S'il y a lieu, il prendra l'empreinte du conduit auditif (injection de pâte dans le conduit), ce qui lui permettra de réaliser un embout auriculaire sur mesure pour adapter à un contour d'oreille, ou de réaliser la coque d'un appareil « tout dans l'oreille » (intra canalaire) sur mesure.
- La visite suivante a lieu lorsque l'embout sur mesure ou la coque sont réalisés. L'essai de prothèses, des essais d'audition de bruit, de langage, etc sont réalisés. L'audioprothésiste contrôlera les gains en refaisant un audiogramme avec l'appareillage. Puis il fera des contrôles de tolérance dans diverses conditions de bruit.
- D'autres visites seront encore nécessaires pour s'assurer que tout va bien ou effectuer d'autres réglages. Cela sera nécessaire parfois plusieurs fois de suite pour trouver celui qui convient le mieux en pratique pour toutes les occasions de ma vie.
- Il assurera une maintenance de l'appareillage tous les six mois. Cette visite de maintenance est comprise dans le prix de base de l'appareil.
- Si la surdité s'aggrave il ne faut pas hésiter à se rendre chez l'audioprothésiste pour qu'il effectue un nouveau réglage de l'appareil. Parfois il devra installer des prothèses plus puissantes. Il faudra alors réaliser les mêmes étapes : rendez-vous chez l'ORL et le généraliste traitant pour un audiogramme, une prescription et éventuellement une attestation d'aggravation nécessitant un nouvel appareillage pour que celui-ci soit financé.
- Avec le temps, les appareils s'usent ou deviennent obsolètes. Quelquefois cette surdité ne permet pas de tirer profit de prothèses auditives et l'audioprothésiste, en concertation avec l'ORL, l'orthophoniste et le médecin traitant conseilleront une implantation cochléaire. Il conviendra de s'adresser à une équipe d'implantation (constituée de professionnels identiques).

Source :JNA