Actualités

L'actualité du monde de l'audiologie décryptée et synthétisée 

Lundi 3 Janvier 2022 | Par Lucile Perreau
La prescription des aides auditives par les généralistes possible jusqu’en septembre 2022

Une circulaire interministérielle vient une nouvelle fois de prolonger l'autorisation pour les médecins généralistes d'effectuer les primo-prescriptions des aides auditives, et ceci jusqu'au 30 septembre 2022. Après cette date, ils devront avoir suivi une formation spécifique pour effectuer cette opération, faute de quoi ils seront tenus d'orienter leur patient chez un médecin ORL.

L'accord du 100% santé, signé en novembre 2018, prévoyait le remboursement total de bon nomnre d'aides auditives, mais également que seuls les médecins généralistes ayant suivi une formation en otologie médicale pourrait désormais continuer à prescrire les aides auditives à partir du 1er janvier 2020. Or, à cette date, aucune formation n’avait été mise en place. L'autorisation avait donc été prolongée par une circulaire du ministère des Solidarités et de la Santé, d’abord jusqu’au 31 août 2020, puis jusqu’au 31 mars 2021 pour cause "d'urgence sanitaire ", puis jusqu’au 1er janvier 2022, sans raison particulière.
Ce nouveau report, signé le 27 décembre 2021, repousse (pour la quatrième fois) jusqu’au 30 septembre 2022 l'autorisation de primo-prescription des médecins généralistes aux adultes et enfants de plus de 6 ans (en dessous de 6 ans, le recours à un médecin ORL était déjà obligatoire).
Cependant, l’instruction précise que ce report devrait être le dernier. « Cette nouvelle et ultime dérogation exceptionnelle fait suite aux engagements stricts des professionnels de santé concernés. » Désormais, les médecins généralistes disposent donc d’une période d’un peu plus de neuf mois, pour suivre le parcours de développement professionnel continu (DPC) en « Otologie médicale », sans quoi ils ne seront plus aptes à prescrire des aides auditives à leurs patients. Selon diverses sources, très peu (une dizaine à peine) de généralistes ont ou auront bientôt, la formation nécessaire pour continuer à prescrire.
La primo-prescription des aides auditives par les médecins généralistes s'avère utile pour les patients vivant dans les zones de désert médical, mais reste décrié par les médecins ORL qui estiment que le niveau de complexité des tests et des diagnostics nécessitent désormais l'intervention d'un spécialiste.

Partager l'article sur