Actualités

L'actualité du monde de l'audiologie décryptée et synthétisée 

Mardi 27 Juillet 2021 | Par Lucile Perreau
Le Gouvernement lance une mission afin de mettre en place une solution universelle d’accessibilité téléphonique adaptée aux personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles et aphasiques

Amélie de Montchalin, ministre de la transformation et de la fonction publiques, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargée des personnes handicapées et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, annoncent le lancement d’une mission de préfiguration d’une solution d’accessibilité téléphonique pour les personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles et aphasiques.

Prendre son téléphone pour passer un appel, geste anodin pour la grande majorité des Français, revêt une grande complexité pour ces personnes qui doivent recourir à des solutions spécifiques basées par exemple sur l’interprétariat visuel en langue des signes ou sur l’écriture tactile en braille. « L’accessibilité téléphonique est un enjeu majeur dont le gouvernement se saisit pour faire bénéficier à toutes les personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles ou aphasiques, d’un usage facilité des services de téléphonie, qu’il s’agisse de joindre un service public, une entreprise privée ou un particulier », a précisé Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargée des personnes handicapées.

Face à cette situation, le Gouvernement a initié une concertation avec les associations représentant les personnes handicapées et les différentes parties prenantes, opérateurs de communications électroniques, grandes entreprises et services publics. En application des obligations de l‘article 105 de la loi pour une République numérique, ces derniers ont en effet mis en place des solutions d’accessibilité téléphonique diverses. En découlent une offre hétérogène et fragmentée, ainsi qu’une forte complexité d’utilisation pour les usagers qui doivent chercher, pour chaque destinataire de leurs appels, la solution appropriée. La situation des personnes sourdaveugles et des personnes aphasiques se révèle particulièrement problématique. « Tous les Français doivent avoir accès aux services publics, sans distinction. Les personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles ou aphasiques, ne sauraient être discriminées à cet égard par des complexités administratives. C’est pourquoi j’ai voulu avec Sophie Cluzel et Cédric O lancer sans attendre des travaux concrets pour créer rapidement une solution universelle d’accessibilité téléphonique pour tous », a déclaré Amélie de Montchalin, ministre de la transformation et de la fonction publiques. Ce dialogue a en effet permis de dégager une piste de travail consensuelle pour améliorer l’offre et le recours à l’accessibilité téléphonique : celle d’une solution unique, intuitive et simple d’utilisation, qui permettrait également d’optimiser les ressources humaines et financières nécessaires à la fourniture de ce service.

Afin de préciser les modalités pratiques d’une solution universelle et unifiée, le Gouvernement a confié une mission de préfiguration à Jérémie Boroy, président du Conseil national consultatif pour les personnes handicapées (CNCPH), et Anthony Colombani, directeur responsabilité sociale des entreprises (RSE), affaires publiques et communication de Bouygues Telecom, en lien avec l’ensemble des acteurs concernés par ce sujet et en s’appuyant sur les services de l’Etat compétents. Cette tâche devra déterminer le cadre juridique d’une telle solution d’accessibilité, définir un modèle permettant de préserver la dynamique concurrentielle du marché des fournisseurs de solutions d’accessibilité téléphonique et, enfin, évaluer le coût du développement et de l’utilisation du dispositif retenu, en définissant un modèle de financement acceptable par tous. La mission devra également travailler sur l’intégration à cette démarche d’unification des solutions adaptées aux personnes sourdaveugles et aphasiques. Les conclusions de ces travaux sont attendues pour la fin du mois d’octobre 2021, avec la remise d’un rapport d’étape aux ministres à la fin du mois de septembre. 

Partager l'article sur