Actualités

L'actualité du monde de l'audiologie décryptée et synthétisée 

Mercredi 9 Mai 2018 | Par Kessy Huebi Martel
Acouphènes : Les légendes du rock témoignent

« Je vous conseille à tous, fans de rock-and-roll, de porter des bouchons d'oreille lors des concerts. Si seulement nous l’avions su il y a 40 ans... ». La mise en garde est signée Roger Daltrey (photo), chanteur du groupe britannique The Who, souvent considérés comme les précurseurs du mouvement punk. Une révélation d’autant plus originale qu’elle a été faite en plein concert, il y a quelques semaines, en Grande-Bretagne.

À 74 ans, le principal intéressé s’est dit aujourd’hui « très, très sourd », et a expliqué vivre avec des problèmes d’audition depuis des décennies. Mais selon l’interprète des titres « Who Are You » et « Won ‘t Get Fooled Again », qui rythment désormais les génériques des séries policières « Les Experts », il ne serait pas le seul membre du groupe à subir ce trouble auditif. Le bassiste John Entwistle, décédé en 2002, était également appareillé aux deux oreilles.

Eric Clapton, Phill Collins, Sting… la liste est longue

Les contemporains des Beatles, de Deep Purple ou encore de Queen ne sont pas les seuls à témoigner. Le musicien Eric Clapton, avait évoqué, plus tôt cette année, les problèmes auditifs auxquels il faisait face. De même, l’inclassable chanteur d’AC/DC, qui n’hésite pas à revêtir un uniforme d’écolier pour entonner l’emblématique « Highway to Hell », s’est vu annoncer par ses médecins qu’il pourrait perdre toute capacité d’entendre s’il ne mettait pas fin à sa carrière. D’autres encore comme, Phil Collins, Sting, ou Liam Gallagher ont également abordé leurs problèmes d’acouphènes.

Certaines légendes ont d’ailleurs déjà adopté un réflexe de protection auditive. Lors du concert des inoxydables Rolling Stones en octobre 2017, à Paris, les 120 000 spectateurs avaient pu recevoir des protections auditives.

Une démarche qui s’inscrit dans la nouvelle législation française. Pour protéger l’audition du public, les responsables de festivals et de discothèques, devront d’ici octobre 2018, entre autres, fournir des protections auditives au public, prévoir des zones de repos auditif, et réduire à 102 décibels leur niveau sonore.

Partager l'article sur