Actualités

L'actualité du monde de l'audiologie décryptée et synthétisée 

Mercredi 14 Février 2018 | Par Kessy Huebi Martel
Étude : les acouphènes commencent à se montrer …

Les acouphènes, ces troubles auditifs subis par 1 Français sur 4, en plus de leur caractère omniprésents et incommodants, sont un mystère pour les chercheurs qui ne savent en expliquer exactement l’origine. Ces troubles de l’audition peuvent être engendrés par des traumatismes sonores (lors d’expositions à de la musique amplifiée, par exemple), de l’otospongiose, ou encore de l’accumulation de cérumen. Mais des scientifiques de l’Université Urbana-Champaign, de l’Etat de l’Illinois pourraient bien changer la donne : leurs travaux, publiés dans la revue Neurolmage, proposent une « métrique objective » de l’acouphène, à l’aide de l’IRM fonctionnelle.

Évaluer pour expliquer

L’étude a identifié la zone du cerveau où naît l’acouphène : il s’agit du précuneus, situé sur la face interne du lobe pariétal du cortex cérébral. L’équipe d’universitaires a ainsi découvert que chez le patient acouphénique, le précuneus, perturbe la relation entre les réseaux qui gèrent le repos et l’attention. Ainsi, plus l’acouphène est important, plus les instabilités de ses réseaux sont grandes.

Pour la Professeure Fatima T. Husain qui dirige l’équipe, cette étude permettra à long terme de représenter et détecter l’acouphène, pour optimiser sa prise en charge : « Les patients peuvent souffrir de ce son constant dans leur tête, mais personne d’autre ne peut l’entendre et les acouphènes peuvent alors être attribués à l’imagination (...) Or, nous ne savons gérer que certains symptômes, ceux que nous pouvons évaluer et expliquer. »

Mais avant de pouvoir espérer une telle issue, cette étude remplit selon ses auteurs, une autre fonction capitale : la confirmation scientifique objective de l’existence de ces troubles jusqu’ici « invisibles ».

Partager l'article sur