En librairie : des mots d’amour en langue des signes

© DR

L'auteur Pénélope signe son premier livre pour sourds et entendants Des mains pour dire je t'aime. L’ouvrage présente une série de mots doux en langue des signes.

L'initiative favorise la communication et la compréhension entre tous et réunit deux univers autour du thème de l'affectif et de l’amour. Ces mots doux n'existent pas en langue des signes. Ils ont été créés de toutes pièces grâce à un travail d'équipe avec l’Institut national de jeunes sourds de Paris. Ils  viennent d'intégrer le vocabulaire de la Langue des signes française.

Des mains pour dire je t'aime est sorti le 25 février 2016, aux Éditions des Grandes Personnes. Prix : 13 euros.

 

Pour acheter le livre www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/des-mains-pour-dire-je-taime-penelope-janvier-2016/

H.A.

 

Itelis signe un premier accord avec les marques d’aides auditives

© Itelis

Itelis a signé un accord avec 12 marques d’aides auditives afin de « garantir la qualité et la traçabilité des équipements qui seront vendus au sein de son futur réseau d’audioprothésistes partenaires », annonce la plateforme santé filiale d’Axa et Humanis.

Le partenariat avec Audio service, Beltone, Bernafon, Hansaton, Oticon, Phonak, Resound, Rexton, Siemens, Starkey, Unitron et Widex repose sur plusieurs critères :

  • la représentation du fabricant sur le marché français des aides auditives,
  • la qualité des produits et des services,
  • l’investissement des marques en termes de recherche & développement dans le domaine du traitement du son par les aides auditives au travers de la publication d’au moins un brevet d’invention récent,
  • la traçabilité des aides auditives par le biais de la mise en place de dispositifs renforcés.

Cet accord s’inscrit dans le cadre du renouvellement complet du réseau d’audioprothésistes partenaires d’Itelis, qui lancera un appel à candidatures au premier trimestre 2016. Le nouveau réseau d’audioprothésistes partenaires, sans numerus clausus, sera opérationnel au 1er avril 2016.

FB, d'après un communiqué Itelis

Création automatique du DMP dans quatre territoires de santé en avril 2016

© MPI

 

« La Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) testera en avril 2016 sa procédure de création automatisée du dossier médical personnel (DMP)», a expliqué Yvon Merlière, directeur du projet DMP à la Cnamts, lors du sixième Carrefour de la télésanté. Celle-ci devrait être suivie d’un déploiement national fin 2016.

Yvon Merlière a rappelé que le DMP (qui ne sera plus « personnel » mais « partagé ») quittera le giron de l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé) pour rejoindre la Cnamts en mars 2016, comme le prévoit le projet de loi de santé.

Selon lui, les usages du DMP ne sont pas développés car il y a eu « un blocage sur la création des dossiers », a-t-il dit. Les médecins interrogés dans le cadre des travaux préparatoires de la Cnamts ont notamment fustigé le temps nécessaire pour alimenter le dossier et l'absence de rémunération.

Un système de « création automatique » du DMP pour tous les patients sera donc mis en place. Il sera d’abord lancé dans quatre territoires de santé de deux régions « à compter du mois d'avril 2016 », a annoncé Yvon Merlière. Le déploiement national interviendra « à compter du quatrième trimestre 2016. »

Afin d'éviter « la situation actuelle où 45 % des dossiers sont vides », l'assurance maladie alimentera les dossiers directement avec l'historique des remboursements (médicaments remboursés, séjours hospitaliers et les actes techniques effectués), afin de leur donner « un contenu médical ».

La Cnamts souhaite permettre aux médecins d'accéder aux bases de données internationales de connaissances sur les pathologies et les médicaments, et faciliter l'accès aux professionnels de santé locaux aux données médicales de patients partis à l’étranger.

Des « évolutions éditeurs » devraient être définies prochainement dans le but d’améliorer l'intégration du DMP dans les logiciels métiers. Une première version de ce travail sera présentée en mars 2016.

Pour autant, « la Cnamts n'hébergera pas le DMP », a précisé Yvon Merlière, la Cnamts n’entrant pas dans les critères de la procédure d'habilitation pour l'hébergement des données médicales définie par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

De plus, « les services de la Cnamts et en particulier ses médecins conseils n'auront pas accès aux données du DMP », a-t-il assuré.

La rédaction avec Morgan Bourven de l’Agence de presse médicale

A lire également

Nos partenaires

  • Acuitis
  • Ampifon
  • Audika
  • Audition Conseil
  • Audition Sante
  • Audition Mutualiste
  • Starkey
  • Entendre




  • Optical Center
  • Oticon
  • Starkey
  • Bouchons d'amour